Les vendanges


En Champagne, les vendanges sont obligatoirement manuelles pour ne pas endommager les baies, nous avons la chance d’avoir toutes nos vignes dans un rayon de moins de 5 km, les raisins n’ont ainsi pas le temps de s’abîmer et arrivent ainsi intactes pour le pressurage.

 

Le pressurage


La production d’un vin blanc à partir de raisins noirs est rendue possible par un pressurage lent, permettant un écoulement rapide du jus. Les pigments contenus dans la peau des raisins noirs n’ont pas le temps de colorer le moût qui s’écoule du pressoir.

La première fermentation ou fermentation alcoolique

Pendant environ deux semaines, le sucre contenu dans le raisin va se transformer en alcool sous l’action des levures liées à la fermentation naturelle. Grâce à des cuves thermo-régulées, nous contrôlons la température pour que la fermentation se fasse lentement afin de tirer le maximum d’arômes.

L’assemblage

Au printemps, nous nous réunissons avec un œnologue et nous procédons à la subtile alchimie de l’assemblage. C’est une œuvre de création, où il s’agit d’unir vins clairs de l’année et vins de réserve. Trouver le goût juste, l’équilibre extrêmement précis qui donnera un Champagne unique et néanmoins stylé.

 

Tirage et prise de mousse


A la mise en bouteille, le rajout d’une petite quantité de liqueur composée de vin, sucre et levures sélectionnées – la liqueur de tirage – favorise le démarrage de la deuxième fermentation. Progressivement, le vin devient effervescent et un dépôt se forme : c’est la prise de mousse.

 

Le vieillissement


Le vin peut alors vieillir sur lattes, dans des caves garantissant calme, obscurité, température constante et hygrométrie.

 

Le remuage


Les bouteilles sont placées sur un pupitre et remuées par une inclinaison progressive et de plus en plus importante, pour faire glisser le dépôt vers le goulot. Elles sont ensuite mises, sur le pupitre, sur pointes.

Nous utilisons également pour un gain de place et de rapidité des gyropalettes.

 

Le dégorgement


Au terme du vieillissement sur lattes, le vin, devenu effervescent, contient un dépôt naturel qui doit être extrait sans pour autant vider la bouteille de son contenu.

Le volume correspondant est remplacé par une liqueur d’expédition composée de vin et de sucre, dont la proportion varie selon le type de champagne que l’on souhaite obtenir :
Au champagne Boulachin Chaput nous estimons n’avoir rien à cacher nos bruts sont dosés à 8g par litres environ afin de conserver toute la gamme aromatique et toutes les saveurs de notre terroir.